Les Marches du Trône, de Robin Hobb

Présentation de l’éditeur

Avec Mère à son bord, Parangon peut enfin retrouver son intégrité perdue, un visage, et peut-être même la vue. Il ne lui en faudra pas moins pour affronter la Vivacia, sur laquelle Kennit règne toujours en maître, au point qu’il fait d’Althéa, la propriétaire légitime de la vivenef, sa prisonnière ! Mais il faut croire que la chance insolente qui a si bien servi le pirate jusqu’ici l’a quitté : la flotte jamaillienne, bien décidée à ne pas le laisser retenir plus longtemps le gouverneur Gosco et Malta en otages, lui fait échec. Tintaglia, le dernier dragon de Clochetinte, toujours à la recherche de cette dernière, vient elle aussi déranger ses plans. Quant aux serpents, il n’auraient pas pu trouver meilleur moment pour le laisser tomber…

Mon avis à moi que j’ai

Le paradoxe de la lecture plaisir, c’est d’avoir envie que ça se termine, et en même temps que cela n’ait pas de fin. C’était le cas pour moi pour le cycle des Aventuriers de la Mer. Dans cet ultime volume, les destinées s’accomplissent, même si ce n’est pas toujours comme on l’aurait souhaité ! Si vous voulez savoir si Parangon va être sauvé du naufrage et retrouver son âme, si Kennit le pirate va aboutir dans sa quête et si Althéa va finalement retrouver sa vivenef Vivacia, n’hésitez plus, vous trouverez ici la réponse à toutes ces questions. Et même davantage, FitzChevalerie Loinvoyant faisant même une fugace apparition ! Un excellent moment de fantasy.

Comments are closed.