Malronce, de Maxime Chattam

Présentation de l’éditeur

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Mon avis à moi que j’ai

Un second volume plus sombre que le premier, plus adulte, peut-être parce que nos trois héros, et tous les Pans avec eux, perdent graduellement leur innocence… La trame reste simple, pas de temps mort, l’histoire se déroule sous nos yeux à toute vitesse. Un peu trop vite parfois, certaines merveilleuses trouvailles, comme le peuple des Kloropanphylles, auraient mérité d’être plus fouillées peut-être (leur secret reste assez basique quand même, il faut bien le reconnaître). Par contre, j’ai adoré découvrir toutes les technologies originales inventées par les Pans ou même les Cyniks avec les moyens à leur disposition, les navires des Kloropanphylles, le dirigeable du Buveur d’Innoncence, ou le funiculaire de Hénok par exemple.

Au rythme de leurs aventures, Matt, Ambre et Tobby mûrissent, se rapprochant lentement mais sûrement de ces Cyniks qu’ils combattent si fort, et leur inquiétude de devenir comme eux va croissant. Sans parler de la Reine Malronce et de ses sinistres projets… Et le Raupéroden, que vient-il faire là-dedans ? Il reste quantité de choses à découvrir et j’ai déjà attaqué la suite, Le Coeur de la Terre !

Comments are closed.