Archive for juin, 2009

Hésitation, de Stephenie Meyer

lundi, juin 29th, 2009

Présentation de l’éditeur

"Deux futurs, deux âmes sœurs… C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. A présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin… ni de ce que je vais faire, là, maintenant."

Mon avis à moi que j’ai

Une nouvelle plongée dans cet univers si original… Les légendes des Quileutes racontées en détails, l’histoire de Rosalie, celle de Jasper… Un tome un peu moins axé sur les relations entre Bella et son amoureux, un peu plus sur les choix qui nous sont offerts, et sur l’opportunité de ne pas choisir, justement. Edward ou Jacob ? Vampire ou Humaine ? Bella est en pleine crise existentielle, et Stephenie Meyer nous embarque avec elle sans le moindre soucis. Encore une fois, je l’ai dévoré !

Duma Key, de Stephen King

dimanche, juin 28th, 2009

Présentation de l’éditeur

Duma Key : un trait de crayon sur une page blanche. Une ligne d’horizon, peut-être. Mais aussi une ouverture dans laquelle s’infiltrent les ténèbres…

Mutilé par un terrible accident, abandonné par sa femme, Edgar Freemantle, un businessman du Minnesota, décide de tout quitter pour la Floride. Une nouvelle vie l’attend sur l’îlot de Duma Key, langue de terre presqu’inhabitée, dévastée régulièrement par des ouragans imprévisibles, et qui appartient à une mécène excentrique dont les sœurs jumelles ont disparu dans les années 20. Edgar va s’y découvrir un incroyable don pour la peinture. Les incroyables couchers de soleil lui inspirent des tableaux qui vont vite se révéler dangereusement prémonitoires. Freemantle comprend alors qu’il doit découvrir ce qui est arrivé aux jumelles et l’étrange secret de la propriétaire des lieux, avant que les ténèbres n’engloutissent Duma Key et ses habitants.

Un roman sur l’amitié, les liens qui unissent père et fille, sur la mémoire, la vérité et l’art. Une métaphore de la vie et des sources d’inspiration de l’écrivain, une exploration de la nature, du pouvoir et des influences de la fiction. Mais aussi un King subtilement terrifiant !

Mon avis à moi que j’ai

J’ai lu tous les livres de Stephen King parus en français, sans exception. Je crois qu’on peut parler de fan, non ? Depuis quelques années pourtant, le plaisir n’est plus le même. J’ai beaucoup de mal à m’imerger dans l’histoire, à y croire, à me sentir concernée. Est-ce parce que c’est si long à démarrer ? Parce que le fantastique est moins exploité que dans les premières oeuvres du maître, laissant la place à une trame plus – trop ? – axée sur l’intériorité des personnages ? Je ne sais…

Cette fois pourtant, je suis montée sur le Perse, et je me suis laissée embarquée comme jamais depuis bien bien longtemps. On rentre tout de suite au coeur de l’action, dès les premières pages, les bizarreries sont au programme, et elles vont crescendo jusqu’à la toute fin du livre. Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres : Edgar, si paumé, Wireman, si mystérieux, Jack, si sympa, et même Elizabeth qu’on soupçonne un peu désaxée… Peut-être aussi mon intérêt est-il venu du fait que l’on retrouve ici ce pouvoir mystérieux de donner ou prendre la vie par le dessin, comme dans la Tour Sombre, avec le don du jeune Patrick Danville ? Ou peut-être l’appel de Perse, sur Duma Key ? En tous cas, j’ai adoré !

Les Sables de Dorne, de George R.R. Martin

mercredi, juin 3rd, 2009

Présentation de l’éditeur

Castral Roc peine à se remettre de la mort de Lord Tywin Lannister et de la fuite de son meurtrier présumé, le nain Tyrion. Les rumeurs qui courent sur le décès de Lord Jast et, surtout, sur l’assassinat des Freys, inquiètent d’autant plus Jaime que sa sœur, ivre d’alcool et de fiel, se crée des ennemis à une vitesse accélérée. De son côté, Arya, la fille de Ned et Catelyn Stark, a semé les siens en s’embarquant pour Braavos. Elle n’en a pas moins du mal à faire une croix sur son passé, y compris vis-à-vis d’Aiguille, l’épée de son demi-frère Jon. Il lui est pourtant indispensable de s’en séparer pour commencer l’initiation qui fera d’elle une servante du dieu Multiface et un nouvel être aux talents remarquables. Pendant ce temps, à Vieux Wyk, les Etats Généraux de la Royauté, ordonnés par le dieu Noyé à la maison Greyjoy, tournent vite à la foire d’empoigne sous la présidence du prophète Aeron Tif-Trempes… En poursuivant l’exploration de ces destinées tragiques et grandioses, Les Sables de Dorne ajoute une onzième pierre à l’édifice du Trône de fer.

Mon avis à moi que j’ai

Encore une fois, ce tome suit des personnages qui ont tendance à m’indifférer complètement. Mais que deviennent Bran, Rickon et Jon dans tout ça ? Pourquoi avoir introduit de nouveaux personnages et s’attacher à les suivre alors qu’on ne sait pas ce qu’il advient de nos héros ? Non, sincèrement, plus les tomes se succèdent, moins cette saga m’intéresse ! Déçue…