Tous les Weyrs de Pern, de Anne McCaffrey

Présentation de l’éditeur

Depuis des générations, les chevaliers-dragons passent leur vie à combattre les Fils qui pleuvent périodiquement sur Pern. Il faut les empêcher d’atteindre le sol de la planète, où ils détruisent la matière vivante, Mais l’idéal, bien sûr, serait d’écarter cette menace à tout jamais. Or, ce rêve est réalisable. On a retrouvé Siav – le Système d’Intelligence Artificielle Activé par la Voix – qui était enfoui depuis des milliers d’années et qui fonctionne encore. Siav a conservé la parole des ancêtres… Et l’on apprend que l’idéal est à portée de la main : dans moins de cinq ans, l’Étoile Rouge, patrie des Fils, sera dans une position telle qu’on pourra modifier son orbite. Comment faire ? Tant de secrets se sont perdus ! Il faudrait travailler sans relâche pour retrouver le niveau technologique d’antan… Siav s’éteint. Sa mission est accomplie. Le peuple de Pern est libre. A lui de choisir son sort en connaissance de cause.

Mon avis à moi que j’ai

Mouais… C’est looonnng ! En fait, mis à part les cinquantes dernières pages, je dois dire que j’ai eu bien du mal à avancer sur ce bouquin. Je connaissais pourtant l’univers de la Ballade de Pern, ayant déjà lu plusieurs tomes de la série, et les ayant appréciés, mais là… Est-ce parce qu’on est en dehors de cet univers justement ? Les Pernais ont retrouvé l’accès aux connaissances et aux vaisseaux de leurs ancêtres, et l’action ne se déroule plus vraiment dans l’univers médiéval-fantastique du reste de la série. On s’approche de la science-fiction classique avec vaisseaux et planètes, et… bof, ce n’est a priori pas quelque-chose qui m’intéresse particulièrement.

Du coup, ça me gâche un peu la fin d’une série que j’adorais. Certes, j’ai dévoré les derniers chapitres, mais plus parce que je voulais savoir comment ça finissait que par réel intérêt, je crois. En résumé, je n’ai retrouvé dans ce volume ce qui, pour moi, faisait l’essence même de la Ballade de Pern. Déçue…

Comments are closed.