L’Homme Noir, Robin Hobb

Présentation de l'éditeur

Après plusieurs semaines de navigation, le prince Devoir et les siens posent enfin le pied sur l'île d'Aslevjal. C'est au cœur de cet enfer de glace et de neige que 1e prince doit honorer sa promesse : ramener la tête du dragon Glasfeu. Mais entre les conditions climatiques hostiles, l'animosité d'une partie des Outrîliens qui les accompagnent, ou encore la mauvaise humeur de Lourd dont les attaques d'art incontrôlées gagnent sans cesse en puissance, l'expédition peine à atteindre son but. Pour couronner le tout, l'homme noir, gardien légendaire de Glasfeu, a refusé les offrandes qui lui étaient destinées. Heureusement, Fitz chevalerie est là. Armé de sa ruse et de son habileté proverbiales. Et si c'était la pire erreur qu'il ait jamais commise ? 

Mon avis à moi que j'ai

Mouais… Un peu déçue quand même. Ca se lit vite et bien, pas de problème de ce coté là, mais je crois qu'il est grandement temps que ça s'arrête, l'auteur semble nettement moins inspirée que pour certains autres volumes. Dans l'ensemble, sur toute la série de Tawny Man, je trouve qu'il manque l'escence des Seigneurs de Castelcerf, et que ça sent sérieusement le réchauffé.

Fitz et Ortie en rêves, Fitz et Lourd, Fitz et Devoir, Fitz et Umbre… J'ai envie de dire, c'est bon, on a compris ! Même sa relation avec le Fou semble avoir perdu de sa saveur dans ce tome. Et Glasfeu lui aussi m'a laissée étrangement de glace (c'est le cas de le dire !). En gros, mis à part le retour de Burrich… pas grand intérêt, il faut bien le dire.

Comments are closed.