Archive for novembre, 2007

Harry Potter et les Reliques de la Mort, J-K Rowling

jeudi, novembre 8th, 2007

 

Présentation de l'éditeur

« Envers et contre tout » est une caractéristique-clé chez J.K. Rowling. Paradoxalement, c'est lorsqu'elle a continué à écrire avec une énergie, une passion, un engagement inentamés, en particulier à partir du tome 4 – alors qu'elle était devenue l'une des femmes les plus célèbres et riches au monde, et que chaque suite était attendue par des dizaines de millions de lecteurs du monde entier – , qu'elle force le plus l'admiration. Elle accomplit la mission qu'elle s'est donnée sans faillir, sans jamais décevoir.

L'ambition de son projet est immense, folle… et représente dix-sept ans d'élaboration, de rédaction, de concentration ! Les six premiers volumes ont été lus, scrutés, analysés, par un nombre exceptionnel de jeunes et d'adultes… Chacun est suspendu aux révélations que le volume 7 va apporter. Dix-sept ans, c'est aussi l'âge que Harry va atteindre dans ce volume 7, l'âge de la majorité pour un sorcier, l'âge de la résolution de son destin. Même si l'on ne croit guère aux symboles, difficile d'ignorer le chiffre 7 qui est en filigrane de l'épopée de Harry Potter : c'est bien le septième mois de la septième année du siècle, en juillet 2007, que le septième et dernier volume des aventures de Harry va paraître dans sa langue d'origine, l'anglais – le 21 juillet.

Le titre en est : Harry Potter and the Deathly Hallows.
Avant cette date, pour ne pas trahir les lecteurs, les enfants, pas une seule ligne de texte ne filtrera. Seules trois personnes au monde ont accès au manuscrit : l'auteur, son éditeur américain et son éditrice anglaise. D'après elle, la richesse d'invention, la complexité et l'abondance des surprises, la puissance créative, l'intensité des émotions dépassent tout ce que nous pouvons espérer, tout ce que nous avons connu dans les volumes précédents ! « C'est un texte qui sera étudié en classe, un classique », m'a-t-elle tout simplement dit.

Toucher les lecteurs de tout âge, de toute origine, de toute culture, se laisser lire et relire, faire réfléchir, rêver, découvrir, rire et pleurer : c'est bien la marque d'un classique de la littérature ! Pendant dix-sept ans, J. K. Rowling a cheminé vers ce dernier chapitre du septième volume qu'elle avait écrit dès l'origine : tel un phare au bout du tunnel de tous les doutes, de toutes les rumeurs, de toutes les fatigues. Le voyage que nous ferons au cours des quelques centaines de pages qui nous conduiront, nous lecteurs, à ce dernier chapitre sera une expérience forte et profondément marquante. Une lecture épique sans aucun doute à la hauteur de toutes nos attentes !

Il ne nous reste plus qu'à nous préparer au plaisir de cette lecture, en revisitant les six volumes précédents, où sont plantés les innombrables indices et mystères qui seront tous révélés dans Harry Potter 7 : Harry Potter et les Reliques de la Mort. Avant cette date, pour ne pas trahir les lecteurs, les enfants, pas une seule ligne de texte ne filtrera. 

Mon avis à moi que j'ai

Je l'attendais sans l'attendre. Pressée de connaître la fin des aventures de Harry, et en même temps triste à l'idée que ce volume soit le dernier. Mais comme pour toute série, mieux vaut une fin prévue par l'auteur qu'une queue de poisson par la force des choses. Bref, je viens de terminer ce tome 7.

Je l'ai tout bonnement dévoré, pressée que j'étais d'arriver au bout, de comprendre ce qu'il était passé dans la tête de Dumbledore, et de savoir si Harry, Hermione et Ron allaient réussir la mission qu'il leur avait confiée. Quelques longueurs au milieu du bouquin, quand ils errent de place en place à la recherche d'indices, mais une fin grandiose, digne de l'attente et des six autres volumes de cette épopée. Absolument pas décevante, c'était un peu ma crainte.

Harry est beaucoup plus mature dans ce livre, et le discours qu'il tient à Voldemort à la toute fin est vraiment formidable. Peu à peu, on comprend des tas de choses à coté desquelles on était passé. Pas une seconde je n'avais imaginé tout ça. Mais avais-je réellement cherché ? Non, je préférais attendre tranquillement la version de J-K Rawling en fait ! Un dernier clin d'oeil : bien contente que Rogue ait été ce qu'il a été !