Les Dragon des Glaces, Robin Hobb

Présentation de l'éditeur

Le clan des Artiseurs qui s'est formé autour du prince Devoir progresse enfin : sous la houlette de Fitz Chevalerie, Lourd, Umbre et le prince Devoir lui-même développent leur maîtrise de l'Art. Pas assez vite, cependant, au goût de Fitz, car l'heure de tenir ses promesses a sonné. Devoir et ses amis embarquent sur la flotte royale, afin de permettre au prince de mener sa quête : le dragon Glasfeu, prisonnier des glaces, doit mourir de sa main pour que Devoir puisse épouser la Narcheska Elliania. Fitz prend alors conscience, dans les rêves qu'il partage avec sa fille Ortie, qu'un autre dragon s'intéresse de près à leur périple, et que celui-ci voit le projet du prince des Six-Duchés d'un très mauvais œil. 

Mon avis à moi que j'ai

Longuet… Un peu trop à mon goût, surtout quand on pense qu'à la fin de ce tome, Devoir et son clan arrivent à peine sur Aslevjal. Je m'attendais à la colère du Fou, je m'attendais à des révélations sur ce que conspirent Eliania et son oncle Peottre, sur la Dame Blanche et le Dragon Noir, sur Tintaglia pourquoi pas ? Rien de tout cela… Juste Lourd et son mal de mer !

La seule chose que j'ai trouvé intéressante dans ce volume, c'est encore et toujours l'évolution psychologique de Fitz, à quitte on jette brutalement ses plus mauvais choix à la tête. Mais qui a fait de lui ce qu'il est, sinon le trône Loinvoyant lui-même ? Sincèrement, j'ai trouvé Devoir très injuste et imbu de lui-même sur ce coup-là. Un gamin de 15 ans égoïste et prétentieux, berk !

Sinon, j'espère que le tome suivant s'étendra davantage aussi sur tous les mystères de la magie du Vif, mystères qu'on nous laisse entrevoir ici mais sans rien nous révéler de très concret. En gros, un volume de transition… Ce serait bien qu'on pense à évoquer le pourquoi du comment de ce qui les amène ici !

Comments are closed.